La Musique de Disney - Un Héritage en Chansons

Avant de mourir, Walt Disney avait donné le feu vert pour la réalisation du prochain long métrage animé, Les Aristochats, qui sortit en 1970. Ce film mêle le style des 101 Dalmatiens (1961) et l'exigence des voix adoptée dans Le Livre de la Jungle (1968). Le résultat, une comédie falote mais réalisée avec art, rencontra un succès considérable auprès du public. Une chatte de sang noble nommée Duchesse (sa voix lui est prêtée par Eva Gabor) et ses trois petits sont l'objet des desseins diaboliques du majordome de leur maîtresse. Perdus dans la campagne française, ils sont secourus par un chat de gouttière nommé O'Malley (encore Phil Harris). Le film suit leurs aventures à mesure qu'ils remontent vers Paris, où ils sont de nouveau confrontés au sinistre majordome. Cette fois, le méchant reçoit ce qu'il mérite, et Duchesse et O'Malley vivent enfin heureux.
Christopher Finch, L'Art de Walt Disney

L'on doit mentionner cette fantastique suite musicale qui vaut le détour à elle seule. De Tout le Monde veut Devenir un Cat, à un jazz endiablé, sans oublier le suave et paisible numéro de Duchesse, le tout sur une musique signée des frères Sherman, de Terry Gilkyson, de Floyd Huddleston et de Al Rinker, c'est ici un régal de rythme, de couleurs et de comique. Les chansons, toutes exquises, l'attestent par la diffusion du disque, le plus vendu des Disney à l'époque.

Maurice Chevalier : un accent ? Quel accent ?
La chanson-titre fut interprétée par la star française, alors en retraite. Les américains associent inévitablement Paris à Maurice Chevalier. Ainsi, les Sherman décidèrent-ils de profiter de l'amitié qui unissait Chevalier à Walt, amitié née après les deux films que ce dernier tourna en faisant appel au chanteur français. Afin de démontrer à Maurice Chevalier combien cette chanson lui convenait pour le film, l'un des Sherman l'enregistra sur une cassette avec le fameux et inoubliable accent. La star parisienne accepta bientôt de l'interpréter mais lorsqu'on lui révéla la tactique, il déclara : "Vous avez pris mon accent ? Quel accent ?"
Christian Renaut, De Blanche-Neige à Hercule.