La Musique de Disney - Un Héritage en Chansons

Il était une fois dans un pays lointain, un royaume paisible et prospère qui baignait dans le romantisme et les traditions.Vivaient là dans un château majestueux, un gentilhomme veuf et sa petite fille, Cendrillon.
Bien qu'étant un père très attentionné, donnant à son enfant bien-aimée la tendresse qui convenait, il pensait néanmoins que l'amour d'une mère lui était indispensable.Ainsi décida-t-il de se remarier, choisissant pour seconde épouse une femme de sa condition ayant elle-même deux filles de l'âge de Cendrillon, Anastasie et Javotte.

Ce n'est qu'au décès prématuré de ce brave homme que la véritable nature de son épouse se révéla.C'était une femme froide, cruelle, follement jalouse du charme et de la beauté de Cendrillon et surtout bien décidée à faire prévaloir les intérêts de ses deux abominables filles.
Au fil des années, le château tomba en ruine et la fortune de la famille fut dilapidée pour satisfaire les caprices des deux belles-filles pendant que Cendrillon, trompée et humiliée se retrouvait reléguée au rôle de servante dans sa propre maison.
Malgré cela, Cendrillon demeurait douce et charmante car chaque matin elle gardait le secret espoir qu'un jour ses rêves de bonheur finiraient par se réaliser.


NOTE DU PRODUCTEUR

J'ai appris que toute restauration d'une bande originale de film demande une approche différente, car chacune est un processus créatif unique. Dans la plupart des cas, la partition est formée d'une série de scènes, la musique étant conçue pour débuter et finir avec chaque scène. Ceci permet de créer des pauses et fait de chaque phrase musicale une entité avec son début, son milieu et sa fin. Cependant, dans la partition de Cendrillon, chaque scène musicale se fond dans la suivante et il existe seulement quelques pauses naturelles. Je décidai que mon travail refléterait la même technique. Donc bien que ce disque comporte des plages qui peuvent être atteintes individuellement, nous avons restitué cette bande originale comme une pièce musicale continue comportant des pauses seulement là où elles semblent naturelles.

Lors de la recherche, nous avons découvert un enregistrement de "I'm in the Middle of a Muddle", une chanson qui devait être chantée par Cendrillon, une fois de plus bombardée par une liste sans fin d'écrasantes corvées, dans une séquence qui pourrait être une autre version de "Chante Doux Rossignol" avec le message de "C'est pas une Vie" derrière. Bien qu'aucune documentation n'existe dans nos dossiers, deux des compositeurs eux-mêmes pourraient être les interprètes de cette charmante chanson.

Pour la nouvelle sortie de cette bande oiginale en 2005, nous avons ajouté un autre enregistrement de démo - "Dancing On a Cloud". Depuis Blanche-Neige et les Sept Nains, Walt avait envisagé une scène de danse dans les nuages entre le Prince et la Princesse. Le résultat ne fut guère satisfaisant et la scène dut être supprimmée. Puis, dans Bambi, Walt essaya à nouveau, sans succès. Alors que Cendrillon était en phase de production, Walt tenta d'utiliser la "séquence dans les nuages" et une chanson fut même spécialement écrite à cette occasion. Bien que destinée à Cendrillon, cette chanson bien particulière ne fut pas écrite par les compositeurs de la "Tin-Pan Alley" à qui l'on doit le reste des chansons de Cendrillon, mais aux vétérans de la musique chez Disney, Larry Morey et Charles Wolcott. Après que la "séquence dans les nuages" fut supprimée, la chanson fut remplacée par Bonjour l'Amour. Pour l'anecdote, Walt parvint finalement à utiliser la "séquence dans les nuages" dans La Belle au Bois Dormant

Randy Thornton
Producteur de la Restauration Digitale
7 octobre 1995
2 août 2005


Cendrillon
Le temps des vaches maigres ("six films cocktails" entre 1943 et 1949 comme Coquin de Printemps ou Les Trois Caballeros) prit fin chez Disney avec Cendrillon (1950).Les premières ébauches de scénario datent d'avant la guerre, avec celles de Peter Pan (1953) et d'Alice au Pays des Merveilles (1951).Walt n'était pas parvenu à donner une épaisseur humaine aux personnages de Peter Pan et d'Alice.En revanche, il retrouvait dans Cendrillon les qualités de Blanche Neige : une héroïne attachante, des personnages antipathiques vraisemblables avec la belle-mère et les soeurs, des souris domestiques qui apportaient l'élément comique, une intrigue solide et un dénouement heureux.
Disney réunit pour Cendrillon tous ses meilleurs scénaristes, réalisateurs et animateurs.Lui-même assista à toutes les réunions préparatoires.La direction de l'animation fut confiée au brillant Norman Ferguson en collaboration avec les "Nine Old Men" qui avaient pris part à tous les grands Disney depuis Blanche Neige (1937) : Milt Kahl, Frank Thomas, Ollie Johnston, Eric Larson, Les Clark, Marc Davis, John Lounsbery, Wolfgang Reitherman et Ward Kimball.
Bob Thomas, L'Art de l'Animation

Pour la musique de Cendrillon, on réunit une nouvelle équipe suite au départ de Frank Churchill et d'Oliver Wallace.Ce dernier ne participera qu'à l'écriture du final.Le trio compositeur-parolier Mack David, Jerry Livingston et Al Hoffman acheva son travail fin 1948.Ils créèrent deux véritables tubes avec "Bibbidi Bobbidi Boo" et "So This is Love" ("C'est ça l'Amour").Pour la spendide séquence où Cendrillon lave le sol en interprétant "Oh Chante, Rossignol Chante", Meador a multiplié les bulles de savon colorées.Pour ce faire, il a filmé de vraies bulles qu'il a teintées de coloris neutres, les photographiant ensuite à travers un disque coloré tournant devant l'objectif.Ainsi, elle apparait dans des bulles sous différentes couleurs, parfois sept à la fois.Cette minute de film demanda l'emploi de sept personnes pendant trois jours.
Christian Renaut, De Blanche-Neige à Hercule